Histoire de l’Ostéopathie

C’est à la fin du XIX e siècle en 1874 que l’ostéopathie fut créée par un médecin américain, le Dr Andrew Taylor Still, à partir de concepts tirés de la médecine antique grecque et égyptienne ainsi que de la médecine de la Renaissance. En plus de ces bases médicales ancestrales un drame personnel va être à l’origine de la création de cette nouvelle approche thérapeutique: trois de ses enfants sont emportés par une méningite, ce praticien en médecine se met alors à douter de l’efficacité d’une médecine basée sur la médicamentation. Il est vrai qu’A.T Still a bâti toute sa thérapie sur l’idée philosophique que le médecin est un ingénieur au service de dieu pour aider la mécanique à « s’aider elle-même » ; car il croit à la perfection du corps humain.


Andrew Taylor Still

En 1874, A.T Still rompt avec l’orthodoxie et se concentre sur sa nouvelle approche basée sur des techniques manuelles avec pour principe qu’en relançant la mobilité d’un os, un ligament, on lui redonne sa fonction.

C’est pourquoi il a donné le nom d’ « ostéo » (os) « pathie » (maladie) à son approche ; un os, un ligament, un muscle sans mouvement est une porte ouverte à la maladie. Sa logique et ses connaissances de la biomécanique le conduisent à la conclusion que la maladie n’est rien d’autre qu’une conséquence d’un dérangement de la structure mécanique.

Après plusieurs grands succès sur des patients atteints par une épidémie de dysenterie, Still devient de plus en plus connu et il fonde l’American school of osteopathy en 1892 d’où sortiront d’illustres élèves qui répandront la connaissance ostéopathique à travers l’Europe. Parmi eux John Martin Little John fonde à Londres la british school of osteopathy qui fut à l’origine de tout un courant ostéopathique européen. Tout en respectant l’œuvre d’A.T Still il va développer les relations existant entre les différents niveaux de la colonne vertébrale et les organes du corps ainsi que l’adaptation de l’homme à la verticalité.


John Martin LittleJohn

L’ostéopathe William Garner Sutherland, quant à lui, va être à l’origine de l’approche crânienne en repérant au niveau des os du crâne un micromouvement ondulatoire que l’on appelle mécanisme respiratoire primaire présent dans tous les tissus du corps et assurant de fait une continuité fonctionnelle entre le crâne et le bassin.


William Garner Sutherland

Si aujourd’hui l’ostéopathie trouve de plus en plus d’adeptes comme l’homéopathie et la médecine chinoise c’est parce qu’elle prend l’être humain dans son ensemble non pour traiter un seul symptôme mais pour retrouver un équilibre interne, c’est-à-dire l’homéostasie et de permettre à l’organisme tout entier de retrouver sa fonction optimale d’assimilation, d’adaptation, de régulation et de défense vis-à-vis des agressions internes ou de l’environnement extérieur.