Définition de l’Ostéopathie par le Cabinet de Genève

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui prend en compte le corps dans son ensemble.

En ostéopathie, les maux, tant bien physiques que psychologique, se répercutent sur le corps dans son ensemble.
Ainsi, le stress, les mauvaises postures, les accidents, ne perturbent pas un seul système (digestif, musculo-squelettique, vasculaire, hormonal, neurologique etc.) mais tout le corps.

Par les différentes techniques manuelles mises à disposition, l’ostéopathe recherchera les tensions ou déséquilibres à l’origine de la perturbation.
L’objectif étant de rétablir l’harmonie dans le système musculo-squelettique, myofascial et autres, afin de soulager certains troubles fonctionnels.

Elle est organisée autour de quatre principes de bases :

  1. Chaque structure du corps a une fonction physiologique, chaque fonction entretient une certaine structure et la structure gouverne la fonction.

    Par exemple, le tube digestif est considéré comme structure, la digestion comme fonction et la forme (ondulations, villosités, microvillosités, etc.) de l’intestin permet sa fonction (digestion, rôle dans l’immunité et le système hormonal…). Le squelette, en tant que charpente osseuse, et sa musculature ont une grande importance, en tant que support des autres systèmes et organes dont la mobilité naturelle est nécessaire pour un bon fonctionnement durable des systèmes nerveux, musculaire, circulatoire, respiratoire, etc.

  2. Concept d’unité et d’interrelations entre les différentes parties du corps :

    toutes les parties du corps sont reliées, par la vascularisation, le système nerveux, le tissu conjonctif, le système lymphatique et hormonal, mais aussi de l’être humain dans sa globalité, rassemblant ses aspects physique, émotionnel, mental, intellectuel et spirituel. L’ostéopathie postule une interrelation entre la structure et la fonction : un organe ne pourrait fonctionner correctement que si sa configuration tridimensionnelle est conforme à ce qu’elle devrait être, et inversement.

  3. Principe d’auto-guérison :

    le corps dispose de nombreux systèmes de réparation, adaptation, défense ou compensation. Ce postulat de Andrew Taylor Still, créateur de l’ostéopathie, est considéré comme peu scientifique par certains. L’ostéopathe ne ferait que stimuler les facultés d’auto-guérison chez le patient. Les ostéopathes fondent leur réflexion sur les conditions qui ont mis ces moyens en défaut, et tentent de lever l’obstacle.

  4. Le rôle de l’artère est absolu :

    toute structure somatique non atteinte d’une lésion organique est capable de fonctionner normalement, pour peu que sa vascularisation soit correcte et que l’alimentation ait fourni des nutriments qualitativement et quantitativement suffisants.

Ces concepts sont appliqués à l’anatomie et à la physiologie humaine.